L’ostéopathie au service des animaux

Créée en 1874 par un médecin américain, Andrew Taylor Still, l’ostéopathie est une thérapie naturelle qui s’intéresse aux dysfonctionnements du corps. Elle a pour but la conservation et/ou la restauration de la mobilité des différentes structures de l’organisme.

Avec ses mains, l’ostéopathe évalue les troubles de la mobilité, et grâce à des techniques manuelles de manipulation, il agit pour remettre en bon ordre les fonctions de la mécanique corporelle.

Dans notre société moderne, les propriétaires d’animaux s’intéressent de plus en plus à cette approche thérapeutique. Pour Cécile Henny, ostéopathe dans l’Est de la France, cette thérapie est amenée à se développer pour traiter les animaux : « mes clients sont principalement des propriétaires d’équidés, mais ces dernières années, de plus en plus de propriétaires de chiens ont sollicité mes services. »

Ainsi, sa clientèle est à 70% « équine ». Au cours de ses années de pratique, elle a également été amenée à manipuler d’autres animaux : chèvres, moutons (qu’il faut tondre pour pouvoir « palper et sentir au toucher»), vaches (pour cet animal, il faut l’aide d’un assistant au moins, car la manipulation s’avère très physique).

L’ostéopathe travaille en complémentarité du vétérinaire.

La visite dure environ une heure : le thérapeute prend contact avec l’animal pour établir une relation de confiance, puis, procède à un examen “palpatoire” : il recherche contractures et zones inflammatoires, et effectue des testings (tests de réactivité sensitifs).

Cécile déclare : « une fois le diagnostique posé, j’explique au propriétaire les soucis biomécaniques de son animal, et je lui précise la manipulation que je vais faire. A la fin de la consultation, je lui remets un rapport de visite. »

Les pathologies les plus fréquemment rencontrées sont fonction des disciplines pratiquées.

Ainsi, les chevaux de dressage sont souvent sujets à des problèmes de lombaires, les chevaux d’obstacle présentent plutôt des traumatismes d’épaules, de cervicales et/ou du bassin, quant aux chevaux d’équitation western, ce sont principalement les jarrets qu’il convient de soulager.

Concernant les chiens, les pathologies sont souvent fonction de la race et de la taille du chien. Ainsi, les petits chiens ont tendance à passer la tête dans des endroits improbables- sous des meubles par exemple -, et « ils se blessent alors aux cervicales en tirant sur leur cou », nous précise Cécile.

Pour certains chiens plus fragiles ou qui tirent beaucoup lors des promenades, au traditionnel collier on peut alors préférer un harnais.

Certains propriétaires font un check-up ostéopathique de leur animal une fois par an, car même lorsque l’animal ne présente aucun trouble, il y a parfois des microtraumatismes qui – à plus longs termes – peuvent s’aggraver. Malheureuse, c’est souvent quand l’animal boite de façon récurrente que l’ostéopathe est consulté.

La période de convalescence peut aller de trois jours à plusieurs mois.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette approche thérapeutique, et trouver un ostéopathe dans votre région, zooplus vous conseille la consultation du site de l’association française d’ostéopathie équine et canine.

Découvrez zooplus.fr votre animalerie en ligne

2 Replies to “L’ostéopathie au service des animaux”

Leave a Reply